Faites des planches contactes!

Si vous faites de la photographie argentique noir et blanc, vous ne devriez pas passer à côté de l’étape de la planche contacte. Le rapport temps de création et services rendu plus tard vaut largement le coup, on va voir pourquoi.

Mettre de côté l’ordinateur

C’est une des chose qui me plait dans l’argentique noir et blanc, mettre mon ordinateur de côté.

Je travaille toute la journée sur ordinateur, donc c’est vraiment un plaisir le soir ou les weekends de ne pas être devant un écran pour ma pratique photo. Donc la planche contacte rentre parfaitement dans cette démarche.

Et avec l’habitude, faire une planche contacte vous prendra que 15min au début d’une séance de tirages.

A l’éditing

Pour continuer sur le travail loin des écrans, mes planches contactes me permettent de faire la première éditing. (On a parlé de l’éditing et de pourquoi c’est important ici : Et si vous passiez un cap dans votre photographie? )

Pour cette première éditing, je vais utiliser la planche contacte pour sélectionner les images qui me semble intéressantes pour mon/mes projets en cours ou que veux tirer afin de les mettre avec mes photos souvenirs.

Le premier tri des images se fait sur la planche contacte

Au tirage

Après cette première éditing, je vais donc aller au labo photo pour faire mes tirages de lecture.

La planche contacte joue ici un grand rôle afin de savoir quel image je veux tirer. Au début de ma pratique j’utilisais une méthode de reproduction au reflex numérique pour faire mon éditing puis ensuite faire mes tirages de lectures. Sauf que je me suis rendu compte que lorsque l’on est au labo et que l’on cherche une vue particulière alors que l’on a pris 4 ou 5 photos de la même scène, ce n’est pas évident de trouver celui que l’on avait repéré (en 35mm chaque vue est assez petite et je vous rappelle que vous voyez la photo en négative), et la planche contacte est d’un précieuse aide.

Une œuvre en elle même

Pour finir, la planche contacte fait partie de la chaine de création d’un projet, et c’est sympa de remettre le nez dedans pour rechercher des images qui pourraient aller dans un nouveau projet.

La planche contacte enregistre aussi parfois le contexte et la recherche de cadrage d’une photo, donc d’une certaine manière un bout de l’histoire de cette photo. Alors même si le public ne s’intéresse pas à cela, conserver cette trace est sympa pour nous. Et je vous rappelle que l’on fait de la photo pour nous en premier lieu, et si nos photos rencontre un public c’est un plus.

Si l’agence Magnum en fait un livre, c’est que c’est bien que les planches contactes sont des œuvres non?

Conclusion

En plus d’être très utile dans la chaine de création des tirages et des projet, la planche contacte est aussi à mon sens une œuvre en elle même.

Elle a la double qualité de joindre l’utile à l’agréable, je ne vois donc pas de bonne raison de ne pas en faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s